Passage chez les dieux

CARTE BLANCHE À ...

Au cœur d’un site patrimonial exceptionnel, les musées Gadagne tissent un lien entre passé et présent. Depuis 2009, ils confient une carte blanche à un artiste contemporain qui pose son regard sur ces lieux chargés d’histoire.

Pendulum de Cécile Azoulay (2009) et Azul de Marie Denis (2010) ont marqué les visiteurs. Le grand lustre oscillant de droite à gauche au-dessus de la porte d’entrée ou les deux grands regards de plumes de paon, au fond de la grande cour sont restés dans les esprits.

Pour l’année 2011, les musées Gadagne proposent leur carte blanche à l’artiste québécoise Carole Simard-Laflamme dont l’œuvre s’inscrit dans le cadre du Festival Labelsoie, des canuts à la création contemporaine.

Carole Simard-Laflamme investit la salle du métier à tisser à la grande tire du musée d’histoire de Lyon, du 25 novembre 2011 à avril 2012.

L’œuvre présentée, Passage chez les dieux, est créée pour les musées Gadagne. Elle sera ensuite exposée à la Cité internationale de la dentelle et de la mode, à Calais.

CAROLE SIMARD-LAFLAMME

À l'instar des œuvres qu'elle compose, tous les aspects de l'humanité et de l'univers sont pour Carole Simard-Laflamme inextricablement tissés ou tressés.

Ses recherches sur les techniques textiles l'ont menée, entre autres, vers une réflexion sur la relation de l'homme avec son environnement ainsi que vers un désir de décloisonner les disciplines.

Elle associe, par exemple, la nature et le textile, le vêtement et l'architecture et la fibre, au sonore. Ses œuvres explorent les rapports enchevêtrés qui lient tissus, perception, intuition, identité, émotion, mémoire et poésie. Elles montrent la force de la présence textile dans l’art actuel comme élément d’appartenance, de fierté, d’engagement et de transmission.

Passage chez les dieux

Passage chez les dieux est une œuvre autonome mais qui développe un lien étroit avec trois de ses précédentes œuvres importantes : La robe du temps, La robe des Nations et La robe cathédrale. Toutes trois sont composées de 12 volets symbolisant 12 périodes de la vie menant de la naissance à la mort.

L’apothéose de ces 12 périodes de vie nous mène chez l’une des plus grandes divinités. Au-delà de la vie ; un temps d’arrêt s’impose ainsi chez Hermès, le messager des dieux. Il est, parmi les dieux grecs, le plus proche des hommes et le plus bienveillant. Il leur donne l’écriture, la danse, les poids et mesures, la flûte et la lyre. Passage chez les dieux devient une œuvre autonome.

Passage chez les dieux est composé de 1500 robes-semailles faites à partir de retailles de soie fabriquées à Lyon, par la Holding Textile Hermès. L’œuvre comprend 3 volets disposés en triangle, suspendus au-dessus d’un tapis de soie sur lequel les visiteurs sont invités à marcher au son de la musique de Claude Vivier.

16 carrés de soie, Invitation au Passage, guident le visiteur dès l’entrée des musées Gadagne vers l’œuvre Passage chez les dieux.

Carole Simard-Laflamme

Sa bio, ses réalisations...

Passage chez les dieux

Scénographie et lumières
Jean Tartaroli

Environnement sonore, musique
Après la mort deClaude Vivier

Le grand livre de signatures
Le visiteur est invité à signer le grand livre prévu à cet effet par l'artiste.

Avec le partenariat de :

Logo Holding textile Hermès