AVANT LA RÉNOVATION...

Le visiteur pénètre dans un bâtiment dont l’architecture remarquable est en partie occultée.

A partir du XIXe siècle, de multiples interventions, effectuées sans souci du respect architectural de l’édifice ont fini par défigurer complètement cet ensemble : consolidations maladroites sur les poutres, les escaliers, les encadrements de fenêtres, création ou remaniement d'ouvertures pour aménager les circuits de visite, modification des niveaux d’origine des sols par la création de planchers...

D'autre part, une partie du bâtiment, non accessible au public, n’a jamais été restaurée et a continué à se dégrader pendant plusieurs décennies. C’est le cas notamment du bâtiment donnant sur le jardin qui accueille aujourd'hui le café Gadagne.

Quant aux réserves, elles sont disséminées dans tout le bâtiment et n’ont jamais reçu d’aménagement spécifique.